L'anxiété: même pas peur

Formation jour 13

Comment soigner l'anxiété

Les TOC, quelques pistes pour vous aider

Les TOC
00:00 / 15:47

Les TOCS

On observe souvent trois points centraux dans les TOCS:

1) Sensation de danger imminent

2)Peur de la mort & contrôle pour l'éviter

3) Peur de faire une erreur

Que peut-on faire pour améliorer la situation?

 

1) Reconnectez-vous à votre enfant intérieur afin de mieux comprendre d'où vous vient cette sensation de danger imminent, cet aspect de contrôle pour vous rassurer face à la mort ainsi que cette peur de faire des erreurs. De faire cela va vous permettre de comprendre que le danger était dans votre passé et non pas aujourd'hui. Plus vous parviendrez à rassurez votre enfant intérieur plus votre peur actuelle diminuera.

2) Prendre conscience du côté irrationnel du comportement. Appuyez sur le bouton pause et prendre conscience de votre comportement. Pour vous y aider, imaginez un ami faire ce que vous faites et prenez de la distance quant à votre comportement afin de bien vous rendre compte du côté irrationnel.

3) Je reprends le contrôle sur mon comportement! Par conséquent, quand j'ai une pensée anxiogène je n'agis pas tout de suite. Soit je diminue le comportement soit je le décale. Je m'entraîne petit à petit et je diminue le comportement lié à la pensée anxiogène.

 

Peu à peu ce qu'on aimerait c'est qu'à chaque fois que vous avez ces pensées anxiogènes, vous:

 

- preniez du recul et vous appuyez sur pause

- vous mettiez en lien avec votre passé

- vous n'exécutiez pas simplement le comportement lié à cette pensée anxiogène

- vous essayez de diminuer et/ou de décaler le comportement

 

N'hésitez pas à prendre contact avec un thérapeute pour vous aider à travailler sur ces différents points.

Les phobies, quelques pistes pour vous aider

Phobies
00:00 / 09:25

Les phobies

La personne ayant une phobie a vraiment l'impression qu'elle est face à un énorme danger et qu'elle risque de mourir. Elle bascule donc dans le mode combat/fuite/inhibition. 

Le premier pas face aux phobies est de comprendre que votre tête & votre corps vous font croire que vous êtes face à un danger massif MAIS ce n'est pas le cas. Alors une petite précision car dans le podcast j'ai pris beaucoup d'exemples de phobies liées à des choses inoffensives (oiseau, mouche, etc.) alors que parfois on a la phobie de quelque chose qui pourrait potentiellement être dangereux. Les chiens par exemple. Un chien peut être dangereux mais TOUS les chiens ne sont pas dangereux. La nuance est là. Tout comme la peur de l'avion. Un avion peut s'écraser mais pas tous les avions s'écrasent. Dans la phobie il y a une sorte de généralisation du risque. Tous les chiens vont me mordre ou me tuer, tous les avions s'écrasent, etc. 

Alors que faire?

Donner une nouvelle expérience à notre corps et à notre tête et lui permettre d'associer autre chose que de la peur et de la panique à cet élément phobique.

Sortir de l'impuissance et faire l'expérience qu'on est capable de traverser cette phobie.

Comment? 

A travers une exposition progressive. 

On commence par regarder l'image de cet élément phobique de façon progressive. Ensuite on l'imagine peu à peu. On amène un lieu sûre dans cet exercice de l'imagination afin qu'on puisse osciller entre lieu sûre et image phobique. Ainsi on ne vas pas être envahie que par de la peur lorsqu'on pense à notre phobie. Pour finir, on s'y confronte physiquement. On y emmène notre bagage à outils (cohérence cardiaque, régulation des mouvements oculaires, réactivation du cortex préfrontal, sentiment de sécurité) et on construit une nouvelle expérience face à notre phobie. On fait l'expérience qu'on est capable de traverser cette phobie.

 

L'origine des phobies

Si vous savez d'où vous vient votre phobie alors je vous propose d'aller vous reconfronter à cet évènement difficile. On a pris l'exemple dans le podcast de l'enfant poussé dans l'eau pour lui apprendre à nager.

Essayez de revivre le avant, pendant et après de cet évènement. Relâchez les émotions associées à ce moment difficile (pleurez, tremblez, criez, etc.). Cela a dû être un moment très effrayant! Une fois que vous avez validez les émotions de cet enfant intérieur et que vous l'avez réconforté, rappelez-vous du après. Le après c'est que vous n'êtes pas mort. Vous avez eu très très peur mais vous avez survécu à tout cela. Cette chronologie des évènements est très importantes car souvent dans les traumatismes, on reste collé à un moment de l'évènement et on oublie le après.

Si vous ne connaissez pas l'origine de votre phobie ou bien que l'évènement qui a généré cette phobie s'est mal terminé (blessures, décès, etc.) alors n'hésitez pas à prendre contact avec un thérapeute pour vous aidez à traverser cette phobie.

© Copyright 2020 Alessandra Retti Cordey - Tous droits réservés